Vaccin contre la COVID-19 : Une microbiologiste d’Horizon répond à vos préoccupations et nous rappelle l’importance de nous retrousser les manches

Le 11 mai 2021

Nous vivons à une époque où l’information nous est transmise de toutes parts et où il est difficile de nous tenir informés des derniers développements concernant la pandémie sans non plus être bombardés d’information. Dans cette mer d’information, s’il y a un sujet pour lequel nous voulons vous donner les faits, c’est bien le vaccin contre la COVID-19.

La Dre Chelsey Ellis, microbiologiste médicale à L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon, est là pour nous aider!

la Dre Chelsey Ellis, microbiologiste médicale à L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon

La vitesse à laquelle le vaccin contre la COVID-19 a été mis au point vous inquiète-t-elle?

De nombreuses personnes s’inquiètent du fait que les vaccins ont été mis au point en un temps record. Malgré ce développement rapide, les différents vaccins ont fait l’objet des mêmes tests rigoureux et ont suivi le même processus d’approbation que tous les autres vaccins.

« La seule différence entre les vaccins contre la COVID-19 et les autres vaccins, c’est que le processus d’approbation a été accéléré, car nous n’avions pas une minute à perdre. À l’échelle mondiale, le temps pressait. Il fallait faire approuver ces vaccins et vacciner les gens dès qu’il était sûr de le faire », explique la Dre Ellis.

La Dre Ellis explique que les vaccins doivent être soumis à des essais cliniques en trois temps appelés essai de phase 1, essai de phase 2 et essai de phase 3. Les phases d’essai clinique ont habituellement lieu l’une à la suite de l’autre, mais dans le cas du vaccin contre la COVID-19, étant donné l’urgence de la situation, les phases se sont chevauchées.

Les essais de phase 2 ont débuté avant la fin des essais de phase 1, et les essais de phase 3 ont commencé avant la conclusion des essais de phase 2. Le vaccin contre la COVID-19 a donc fait l’objet des mêmes essais à grande échelle, mais le processus s’est déroulé plus rapidement, car les chercheurs n’ont pas pris de pause entre les phases. Habituellement, les pauses entre les essais sont nécessaires aux chercheurs pour leur permettre d’obtenir le financement requis pour la phase suivante.

La mise au point du vaccin contre la COVID-19 étant le fruit d’un effort collaboratif mondial, elle a bénéficié de subventions de recherche particulièrement importantes. Il n’était donc pas nécessaire de prendre des pauses pour solliciter du financement.

« Les données scientifiques concernant le vaccin n’ont pas été reléguées au second plan », précise la Dre Ellis. « Le vaccin contre la COVID-19 était la priorité absolue pour toutes les parties concernées, à chaque étape du processus, et les données sur le vaccin ont fait l’objet d’un examen approfondi dès qu’elles étaient disponibles. »

La Dre Ellis souligne le fait que la mise au point rapide de ce vaccin montre ce qu’il est possible d’accomplir lorsque l’on réunit ressources suffisantes, sentiment d’urgence et collaboration internationale.

« Nous avons vu qu’il est possible de mettre au point en peu de temps un vaccin dont la population a grand besoin, sans en compromettre l’innocuité », se réjouit-elle.

Fiez-vous aux bonnes sources d’information

La Dre Ellis étudie régulièrement les vaccins et comprend bien leur efficacité, mais à l’extérieur de son travail, elle est aussi une résidente du Nouveau-Brunswick qui traverse cette pandémie comme nous et qui comprend à quel point les 14 derniers mois ont été difficiles. Elle croit qu’en cette période de grande incertitude, il est important que la population se renseigne auprès de sources fiables offrant de l’information exacte fondée sur les faits.

« Nous avons l’habitude de nous fier aux experts et aux professionnels dans un sujet donné. Nous faisons affaire avec des comptables pour nos impôts, nous embauchons des charpentiers pour bâtir nos maisons et nous allons chez le dentiste pour faire réparer une dent cassée. La même logique s’applique quand il est question de chercher de l’information sur les vaccins : il faut faire confiance aux experts et accepter l’information qu’ils nous transmettent », compare-t-elle.

Nous avons tous un rôle à jouer!

« La vaccination de la population est essentielle pour maîtriser la pandémie », souligne la Dre Ellis.

Nous avons tous un rôle à jouer pour limiter la propagation de la COVID-19. La Dre Ellis est d’avis que la vaccination protège non seulement les personnes qui reçoivent le vaccin, mais également les membres de leur entourage.

« J’encourage tout le monde à se faire vacciner contre la COVID-19 et à encourager les membres de leur famille à faire de même », explique-t-elle.

Lorsqu’elle se penche sur la dernière année, la Dre Ellis est fière du travail accompli par les Néo-Brunswickois pour limiter la propagation de la COVID-19 dans la province, tout en reconnaissant que nous avons encore du chemin à faire avant de pouvoir déclarer que la pandémie est chose du passé.

« La vaccination est une autre façon pour nous de témoigner de notre engagement à mettre fin à la pandémie de COVID-19 le plus tôt possible ainsi qu’à protéger notre santé et celle de nos proches. »

La Dre Ellis recommande de consulter les sources suivantes pour obtenir des renseignements fiables sur la vaccination contre la COVID-19 :

Les personnes actuellement admissibles à la vaccination contre la COVID-19 sont priées de prendre rendez-vous pour se faire vacciner à l’une des cliniques de vaccination contre la COVID-19 organisées par Horizon.

Pour consulter la liste d’admissibilité et pour prendre rendez-vous, cliquez ici.


Faites connaissance avec la Dre Chelsey Ellis, microbiologiste médicale à L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon. Employée d’Horizon depuis 2015, la Dre Ellis est titulaire d’un baccalauréat ès sciences avec spécialisation en microbiologie et biochimie et a obtenu son doctorat en médecine de l’Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Après avoir terminé ses études à l’Université Dalhousie, la Dre Ellis a effectué un programme de résidence de cinq ans en microbiologie médicale à l’Université d’Ottawa. Originaire du Nouveau-Brunswick, la Dre Ellis vit actuellement dans le Grand Moncton avec son mari et ses trois jeunes enfants. Dans ses temps libres, elle aime faire des activités de plein air, du camping et du jardinage.